Category Archives for "Uncategorized"

Que faire à Paris à Noël ?

La période des fêtes offre un beau choix d’activités à faire en amoureux, alors si vous avez un peu de temps ce mois de décembre, pendant les vacances de Noël ou encore mieux avant (il y aura un peu moins de monde !), voici notre sélection d’activités (cliquez sur les titres pour en savoir plus) :

Autres articles à lire :

Les clubs de jazz en amoureux : les historiques

Ces clubs de jazz historiques, qui ont accueillis les musiciens les plus mythiques (de Duke Ellington, Miles Davis, Chet Baker, Ella Fitzgerald, Louis Armstrong, Nina Simone en passant par Django Reinhardt) sont peut-être à réserver aux vrais fans de jazz, qui y retrouveront leurs groupes préférés. En effet les concerts y sont plutôt chers et on les écoute en général « religieusement » (pas question de discuter en même temps, par exemple), mais d’un autre côté la qualité est au rendez-vous :

– Le Caveau de la Huchette :

L’un des plus anciens, dans le quartier latin. L’un des plus démocratiques aussi (entrée 12 euros, 14 euros le week-end, tarif étudiant 10 euros) mais confort sommaire, plutôt pinte de bière que cocktail. Ce qui est sympa c’est qu’on peut y danser dans une ambiance bon enfant, au milieu des jeunes et des moins jeunes passionnés de swing (voir notre expérience). Concerts à 22h15 (on peut prendre ses billets au dernier moment sur place mais venir en avance pour avoir une place assise)

Caveau de la Huchette, 5 rue de la Huchette, 75005 Paris

– Le Duc des Lombards

Près de Châtelet, plus chic (concerts autour de 30 euros avec des promotions sur le site), accueille des pointures internationales.

Duc des Lombards, 42 rue des Lombards, 75001 Paris

– Le Baiser salé

Dans la même rue, programmation axée sur la musique métissée (afro, latino, zouk). La salle est petite, on peut y être un peu serrés. Bon à savoir : bar ouvert de 17h30 à 6 heures du matin, happy hour jusqu’à 20h30. Concerts à 19h30 et 21h30. On achète ses billets (autour de 20 euros) par le site de la FNAC.

Baiser salé, 58 rue des Lombards, 75001 Paris

– Le Sunside/Sunset

Dernier du trio infernal de la rue des Lombards (mais premier à s’y être installé dans les années 1980), il comporte deux salles : le Sunset, dédié au jazz électrique, à l’electro-jazz et à la world music, et le Sunside, consacré au jazz acoustique. Deux concerts sont donc donnés par soir (à 20h30/21h) dans ce club ouvert tous les jours. Déco de style Nouvelle Orléans, murs de briques, cave voutée, lumière tamisée, tables et chaises en bois…. Prix entre 10 et 25€ mais certains concerts sont gratuits (compter une consommation) et l’on trouve des promos intéressantes (du style « achetez une place, venez à deux ») sur le site.

Sunside/Sunset, 60 rue des Lombards, 75001 Paris

– Le New Morning

Jazz métissé ici aussi, avec même du rock et du rap, salle petite mais où l’on est très proches des musiciens et de très bonne acoustique, pour les afficionados du genre

New Morning, 7-9 rue des Petites Ecuries 7510 Paris

Lire la suite : les clubs de jazz chic

Autres articles à lire :

« ça coûte cher »

Devenir un Prince charmant ne nécessite pas forcément d’hériter au préalable d’une vieille tante d’Amérique.

Bien sûr, c’est plus facile d’éblouir sa compagne, ou la femme à qui l’on veut déclarer sa flamme, quand on est à l’aise financièrement, mais justement c’est aussi moins méritoire, on a moins d’efforts à faire.

Ceux qui n’ont pas beaucoup d’argent disposent en général en revanche d’un grand avantage : ils ont du temps. Il y a toute une gamme d’actes romantiques qui ne demandent rien, ou quasiment, en argent, mais un peu en temps.

Il font tout autant, sinon plus impression, car ils seront la preuve que vous vous êtes cassé la tête et que vous ne vous êtes pas contenté de sortir votre carte bleue…

Voir Des idées pour toutes les bourses.

Lisez la suite : “ça prend du temps”

Autres articles à lire :

Une nuit insolite en cabane

Tous les amoureux rêvent de se couper du monde, de se lover dans un petit nid douillet où ils pourront se dorloter sans être dérangés…

Tous les amoureux ont gardé une âme d’enfant et se rappellent de l’âge où une cabane faite de bric et de broc leur semblait un château.

Tous les amoureux seraient enchantés de découvrir cet endroit, près de Beauvais : dans un beau jardin, non loin d’une maison d’hôtes très accueillante, quelques cabanes aux noms de conte de fée (L’Ours brun, L’Ourson blanc et même… L’Ourson Love) leur permettent de vivre leur rêve d’enfant, dans un confort adapté aux besoins des adultes 😉

Ces cabanes perchées dans les arbres sont en effet isolées et chauffées, mais surtout, comble du luxe, on vous y apporte le dîner et le petit déjeuner : des paniers repas très bien garnis, avec des plats chauds mijotés, des boissons locales, tout ce qu’il faut pour un pique-nique plutôt chic !

De l’Ourson brun, la nôtre, la fenêtre donnait sur la belle campagne environnante et une petite terrasse nous aurait permis de prendre le petit-déjeuner au milieu des branches si le temps avait été plus clément.

Mais même avec la pluie, ces refuges restent chaleureux et l’on ne regrette même pas de ne pas pouvoir sortir se balader, d’être obligés de rester blottis l’un contre l’autre, sous la couette…

Lorsque le ciel s’éclaircit, toutefois, il ne faut pas rater le village de Gerberoy, l’un des plus beaux villages de France : ici, le temps s’est arrêté, particulièrement dans le jardin du peintre impressionniste Le Sidaner. Débordant de roses au mois de juin, avec ses terrasses à l’italienne et son Temple de l’Amour, ce jardin vaut bien celui de Monet à Giverny, en moins touristique !Après la visite, une halte à L’Atelier gourmand de Sarah s’impose, pour y déguster de délicieuses quiches et salades dans un jardin très fleuri lui aussi :

Pour organiser ce petit week-end romantique, le site Idée Cadeau propose des forfaits mais aussi d’autres idées de nuit insolite dans une péniche, sur un voilier et même dans un tonneau ! La nuit en cabane, près de Paris, est en tout cas une option testée et approuvée par la rédaction d’Osez le romantisme !

Autres articles à lire :

La drague de rue peut-elle être romantique ?

A force de lire des articles sur le « harcèlement de rue » – sans aucunement remettre en cause la légitimité des plaintes – je me disais que le risque était grand tout de même de décourager les “bonnes” initiatives de drague de rue… déjà qu’avec les rencontres sur Internet cette dernière a du plomb dans l’aile…

Je me suis donc dit qu’il fallait essayer de montrer des exemples d’approches sur le macadam faites avec subtilité et “respect” (même si ce terme est un peu galvaudé), et avec humour surtout. Donner des exemples de compliments qui nous flattent (parce que si, si! ça nous flatte, il faut le dire, d’ailleurs les jours où on n’en a pas on se demande si on n’a pas mauvaise mine ou si ce jean boyfriend était vraiment une bonne idée…).

Je suis sûre que chacune de nous se souvient d’au moins un cas où elle s’est fait draguer dans la rue et où l’hommage lui a paru plaisant, même s’il n’a pas été suivi forcément d’une vraie rencontre.

Pour ma part (même si mon cœur est déjà pris, je parle dans l’absolu hein ;)) j’aurais tendance à être indulgente pour les hommes un peu timides, ceux qui disent “je vous jure, je ne fais jamais ça d’habitude” et pour lesquels ça ne sonne pas faux. Ceux qui semblent lutter longtemps contre leurs inhibitions avant de faire le premier pas, sont tous rouges et balbutiants, jettent un mot (ou un papier, voir plus loin) sans paraître avoir de réel espoir que cela débouche sur quelque chose…

 J’aime aussi les compliments gratuits, à la volée, dans un couloir de métro : “vous êtes charmante”, “très jolie robe”, “beau sourire”, auxquels ont peut répondre “merci” en passant, sans crainte d’être poursuivie ensuite !

Aussi je donne ce conseil aux garçons que cette polémique n’a pas découragé d’aborder des femmes dans la rue : je pense que le mieux est de se jeter à l’eau, de ne pas chercher une formule trop compliquée (qui paraîtrait trop rodée, ou ferait trop « truc qui marche à tous les coups » du style « ton père est un voleur », etc.) mais d’être sincère, et de faire simple, de dire par exemple : “vous me plaisez, j’aimerais vous revoir, je sais que mes chances sont très minces… mais au cas où…” et de laisser un numéro ou mieux, une adresse mail. En effet, une adresse mail engage moins qu’un numéro de téléphone, qui peut effectivement déboucher sur du harcèlement. Vous la lui laissez donc sur un petit papier (ou sur votre carte de visite), le tout prend deux minutes, et après… c’est la loterie ! Elle vous recontactera dans moins de 10% des cas sans doute mais… qui ne tente rien n’a rien ! Et si elle le fait, vous aurez l’impression d’avoir gagné au loto!

Attention, tout ne sera pas gagné pour autant… il faudra passer ensuite le cap du premier rendez-vous… mais c’est une autre histoire ! (on y reviendra…).

Et vous, les filles (ou les femmes), quels sont vos avis sur la question ? Vos expériences ?

 Et vous, les hommes, êtes-vous découragés d’avance, ou bien avez-vous déjà osé, avec succès, aborder une fille dans la rue ?

Avec vos témoignages, nous pourrons étoffer cet article !

Autres articles à lire :

Les plus belles lettres d’amour-1

Lorsque l’on veut prendre la plume pour déclarer sa flamme à l’être aimé, il arrive que les mots pâlissent et que l’expression de soit pas à la hauteur des sentiments. Pour trouver l’inspiration, rien de tel que de se plonger dans les correspondances amoureuses les plus célèbres, celles des grands écrivains, qui souvent devenaient tout petits devant leur muse…

Voici nos lettres préférées, et si vous ne vous sentez pas de taille de les imiter, vous pouvez toujours leur emprunter quelques lignes – ou même offrir à votre Belle l’un de ces ouvrages, qui parlera de lui-même !

Faites-la glisser à la patinoire de l’Hôtel de Ville

Comme tous les ans, une patinoire s’installe devant l’Hôtel de Ville.

L’avantage c’est que l’accès est gratuit, et que les patins peuvent être loués sur place (il vous en coûtera  5 € -prévoyez une pièce d’identité pour la caution). L’autre avantage c’est qu’une patinoire plus petite est prévue pour les enfants et les débutants : les grands peuvent donc glisser sans crainte à toute vitesse !

 (nous avons testé la patinoire de l’Hôtel de Ville en début d’année)

 La Patinoire de l’Hôtel de Ville de Paris

Du 21 décembre 2012 au 3 mars 2013, du lundi au vendredi de 12h00 à 22h00, samedi, dimanche et jours fériés de 9h00 à 22h00

Accès gratuit, location des patins : 5 € (pièce d’identité obligatoire, ainsi que des gants)

Les autres activités romantiques à faire à Noël

Autres articles à lire :

Les plus beaux baisers de Paris

Le plus célèbre photographe d’amoureux à Paris est sans doute Robert Doisneau, celui dont Prévert disait : « c’est toujours à l’imparfait de l’objectif qu’il conjugue le verbe photographier ».

DOISNEAU Le baiser de l’Hôtel de ville, 1950

Et la plus célèbre des photos de Doisneau est bien sûr le Baiser de l’Hôtel de ville, qui a suscité toute une polémique, et même un procès, le photographe étant accusé d’avoir mis en scène et payé les figurants, ou au contraire d’avoir « volé » une photo sans leur consentement. Réalisé pour le magazine américain Life, il témoigne surtout de l’euphorie de la Libération.

DOISNEAU Le baiser du Pont Neuf, 1950

Moins connu que celui de l’Hôtel de ville, le Baiser du Pont Neuf est assez insolite, avec la voisine du couple, assistant, indifférente (ou envieuse ?) à la scène intime.

DOISNEAU Le baiser Blottot, 1950

Encore une photo qu’on pourrait accuser d’être « trafiquée », pourtant, la scène a vraiment eu lieu, comme le racontent les filles du photographe : « Doisneau passe place du marché St Honoré et voit passer un petit livreur ; une fille sort de son triporteur et l’embrasse. Il trouve la scène formidable et demande au type de recommencer. Ils se sont amusés comme des fous !».

DOISNEAU Le baiser de l’Opéra, 1950

Quelque soit l’endroit, même dans la foule, quand ils s’embrassent, les amoureux sont seuls au monde…

DOISNEAU Les amoureux aux poireaux, 1950

On aime dans cette photo la spontanéité du baiser, pas glamour, ancré dans la vie quotidienne avec cette botte de poireaux et ce petit bouquet de jonquille…

Brassaï  Couple d’amoureux dans un petit café, quartier Italie , 1932

Brassaï, le photographe de la vie nocturne  («C’est pour saisir la beauté des rues, des jardins, dans la pluie et le brouillard, c’est pour saisir la nuit de Paris que je suis devenu photographe (…) la nuit suggère, elle ne montre pas. La nuit nous trouble et nous surprend par son étrangeté ; elle libère des forces en nous qui, le jour, sont dominées par la raison » écrivait-il) surprend ici un homme en pleine séduction. Cette photo a inspiré l’écrivain Patrick Modiano, qui, dans le livre Paris tendresse, a brodé toute une histoire autour d’elle, s’imaginant y reconnaître son père et sa mère.

Willy Ronis Les amoureux de la Bastille, Paris, 1957

Le photographe a raconté, dans son livre Ce jour-là, l’histoire de ses clichés les plus célèbres. Voici ce qu’il écrit au sujet des Amoureux de la Bastille :

« Je me souviens que j’étais monté tout en haut de la Colonne parce que la lumière était particulièrement belle, une lumière d’hiver, de janvier, très blanche. J’avais été guidé par elle, comme souvent, et c’est là que j’ai fait une de mes plus belles photos, qui a fait le tour du monde. J’aimais monter tout en haut de la colonne, j’y venais souvent, Paris était si beau, vu de ce point. J’étais seul, je faisais une série de photos et je m’apprêtais à rentrer chez moi. C’est là que j’ai vu ce couple, de dos, qui regardait le panorama. Je les ai photographiés juste au moment où le garçon posait un baiser sur le front de sa compagne. Très délicatement. Je pensais que c’était un couple d’étrangers jusqu’au jour où, en 1988, j’ai appris, qu’ils tenaient un café-tabac, de l’autre côté de la colonne, et qu’ils avaient encadré le poster dans leur bistrot ».

Les Amoureux du Pont des Arts, 1957

Willy Ronis se souvient encore : « Ce jour-là, c’était le début du printemps, les feuilles étaient encore toutes petites et je me promenais au bord de la Seine, j’avais toujours grand plaisir à marcher sur les quais, avec mon appareil. (…) Je remarque une barque arrêtée et dans cette barque, je surprends un couple assis, curieusement installé. Je fais deux photos. Une première photo, où le garçon n’embrasse pas encore la fille mais se prépare à l’embrasser : c’est ce moment que j’avais envie de capter, cette espèce de suspens, on se dit que peut-être elle ne va pas accepter son baiser, on se dit oui non, oui non ? Et la deuxième photo, je l’ai faite au moment où ils s’embrassent vraiment. Mais c’est celle qui précède le baiser qui me plaît davantage, avec ce geste très fragile juste avant l’acquiescement ».

René Maltête Jardin du Luxembourg , 1950

Moins connu que les précédents, photographe vagabond, poète, humoriste, René Maltête avait le talent de piéger avec son objectif des situations insolites. Sur cette photo, un nouveau témoin surveille jalousement les amoureux, mais un témoin d’un genre spécial…

Et vous, quelle est votre préférée ?

Autres articles à lire :

Les bons plans romantiques de Justacoté

Nous avons découvert récemment Justacoté, un guide des bonnes adresses en France partagées par une communauté très active de justacotins. Outre les avis sur les commerces, restaurants, les membres ont la possibilité de regrouper leurs bons plans dans des carnets thématiques qui sont des mines d’informations utiles pour les romantiques comme nous…

Pour nos prochains week-ends, on s’inspirera notamment des carnets Nuits insolites en France (pour dormir dans des cabanes, yourtes, chapelles, péniches, ou encore des bulles en pleine forêt…).Nous validons aussi le carnet des petits musées cachés à Paris, comme le musée Gustave Moreau ou le musée Bourdelle, parfaits pour un premier rendez-vous.

Et pour rêver celui des petits coins de paradis en France : îles magiques, petits villages restés intacts, plages de rêve… ce serait un beau programme de décider de les faire tous !

Autres articles à lire :

Organisez votre week-end romantique à Paris !

De passage un week-end à Paris, ou parisien désireux de vous dépayser de façon romantique ? Faites appel à nos services pour vous aider à organiser deux jours de balades, visites et dégustations en amoureux…

Votre programme comprendra des propositions de parcours romantiques pour chacune des deux journées, accompagnées d’adresses de bars, cafés ou salons de thé pour des petites pauses gourmandes, et de restaurants pour les plus grosses faims (adresses toutes testées et validées !).

Une sélection d’hôtels de charme vous sera également proposée.

Après avoir rempli un questionnaire détaillé nous permettant de mieux cerner vos envies et votre personnalité, en fonction de la saison et de votre budget, vous recevrez votre programme personnalisé sous forme de plan accompagné de toutes les adresses (testées et validées !) et de conseils romantiques adéquats.

Tarif : 49 euros le programme pour un week-end romantique à Paris

NB : ce tarif correspond à un conseil et ne comprend pas la réservation auprès des établissements conseillés.

Contactez-nous (au minimum une semaine avant le week-end choisi) pour que nous puissions établir votre profil et déterminer vos goûts : osezleromantisme@gmail.com

Autres articles à lire :

1 2 3 45