A la table du Prince charmant

Au fait, qu’est-ce que ça mange, un Prince charmant ? Réponse dans les grands films d’amour. D’Autant en emporte le vent à Titanic, les séducteurs passent derrière les fourneaux.

Dînez grand seigneur comme Leonardo DiCaprio et son caviar Titanic. Rétro, imitez John Travolta, Uma Thurman et le milk-shake de Pulp Fiction. Charmez à l’italienne d’un risotto de pigeon aux truffes, à l’orientale de crevettes au saké, à la française d’un tournedos hollywoodien.

Les princesses pétilleront dans le champagne cocktail de Casablanca. Savoureront la langouste de Funny Girl ou les rougets de César et Rosalie. Succomberont, peut-être, à l’absinthe de Dracula. Les gentilshommes seront tout en sensualité, comme Brad Pitt et son beurre de cacahuètes. Tout en finesse, comme Harrison Ford et sa pomme d’amour. Parfois aussi tout à fait mal embouchés, comme Jack et Ennis, les cowboys de Brokeback Mountain, autour d’un barbecue aux étoiles.

Prêts pour le grand soir ? Il ne vous reste plus qu’à glisser un solitaire dans le parfait à la pêche des demandes en mariage. Bon appétit, mon amour.

5 lieux pour un premier rendez-vous romantique à Paris (2/3)

– à l’heure du déjeuner : Rendez-vous au Pavillon du Lac au cœur des Buttes-Chaumont

Après un petit jeu de piste dans le parc, et avoir admiré la vue depuis le Belvédère, votre déjeuner en pleine nature achèvera de la séduire !

– à l’heure du thé : Rendez-vous chez La belle Juliette

Un salon de thé ultra cosy ET littéraire, puisque cette Belle Juliette n’est autre que Juliette Récamier, la muse de Chateaubriand…

Lire la suite

Nouveau : Découvrez notre Guide du premier rendez-vous à Paris

Autres articles à lire :

Platine Hotel, My date with Marilyn

Le Grand Bleu, pour prendre le large

Aux beaux jours, si vous avez des envies de voyages, de départ, faites-lui découvrir le port secret de Paris, le port de l’Arsenal, caché en contrebas, à deux pas de l’opéra Bastille (voir la balade).

Vous pourrez déjeuner ou dîner au restaurant Le Grand Bleu et profiter de sa terrasse si agréable, au soleil ou sous un parasol, face aux belles péniches…

Vous y trouverez une carte en rapport avec le lieu puisque proposant des produits de la mer (très bonne salade du Père Némo, idéale pour le déjeuner).

Le Grand Bleu 67, boulevard de la Bastille 75012 Paris

Tel : 01.43.45.19.99

Les Jardins de la Koutoubia, un hôtel de rêve à Marrakech

« Je suis dans ce moment comme un homme qui rêve et qui voit des choses qu’il craint de voir lui échapper », écrit Delacroix en découvrant le Maroc. Nous avons nous aussi l’impression de rêver en découvrant Les jardins de la Koutoubia, un hôtel qui s’approche de la perfection tant il conjugue tout ce que les voyageurs en amoureux peuvent souhaiter trouver à Marrakech :

– La proximité de la Médina, et de la place Jemaa El-Fna toujours si animée, de l’effervescence des souks, et pour autant un calme extrêmement reposant après les excursions,

– Une architecture traditionnelle classique de riad (le Riad Ouarzazi datant du XIIIe siècle), avec un beau patio planté de palmiers, mais beaucoup plus vaste et confortable que la plupart des riads de la Médina,

– Les services d’un 5 étoiles mais l’intimité d’un hôtel de charme, avec plein de recoins, d’ambiances différentes…

On aime y lézarder le matin au bord de la piscine du rez-de-chaussée, d’une fraîcheur délicieuse quand il fait 30°comme en avril, ou barboter le soir dans celle, chauffée, située sur le toit, au moment du coucher du soleil pour voir les hirondelles se poursuivre et l’élégante Koutoubia s’élancer dans le ciel…

On hésite entre le snack-bar pour un déjeuner léger, le restaurant indien Les jardins de Bala en terrasse, le marocain du rez-de-chaussée et l’élégant Relais de Paris dans le jardin.

Le soir, on se laisse bercer par le piano-bar en sirotant un cocktail, tout en faisant des plans pour le lendemain : irons-nous visiter le Palais de la Bahia ou bien resterons-nous pour lire, pour profiter d’un massage oriental au spa… ou pour rêver tout simplement ?

Autres articles à lire :

La fabrique de nuages de Michel Blazy au Collège des bernardins

Premier rendez-vous, vous voulez la surprendre, frapper son imagination… proposez-lui de lui faire découvrir une fabrique de nuages et dites-lui de vous retrouver au 20, rue de Poissy dans le 5e arrondissement de Paris.

Elle sera d’abord éblouie, surtout si elle ne la connaît pas, par la grande nef cistercienne et ses 32 gracieuses colonnes.Dites-lui d’aller tout au bout à droite, et de pousser la porte de l’ancienne sacristie gothique… là, elle découvrira l’œuvre incroyablement poétique de Michel Blazy :

Une œuvre vivante, frémissante, en constante évolution (il faut la voir à plusieurs heures de la journée, comme la cathédrale de Monet) et qui procure une impression de féerie.

Les volutes de mousse (tout simplement du bain moussant, mais n’essayez pas de reproduire cela à la maison) dégringolent et bouillonnent au sol, « métaphore de la fragilité, du temps qui passe et de la brièveté de la vie »… un très bon argument pour se dépêcher d’en profiter !

Infos pratiques : Exposition Michel Blazy « Bouquet final » jusqu’au 15 juillet 2012, Collège des Bernardins, 20, rue de Poissy (5e), entrée libre du lundi au samedi de 10h à 18h, dimanche et jours fériés de 14h à 18h.

Astuce romantique : Pour échanger vos impressions autour d’un café ou même d’un repas, charmante cafétéria dans la salle capitulaire (sauf le dimanche).

Autres articles à lire :

Canaletto – Guardi : Les deux maîtres de Venise au Musée Jacquemart-André

Embarquez pour la cité des doges sans sortir de Paris…

Le Musée Jacquemart-André consacre la première exposition, en France, entièrement dédiée à la peinture vénitienne de veduta au XVIIIème siècle et célèbre l’art des grands maîtres vénitiens, des plus célèbres, Canaletto et Guardi, aux moins connus – Luca Carlevarijs, Bernardo Bellotto et Michele Marieschi notamment.

Retrouvez les charmes de la lagune et des fêtes vénitiennes…

Canaletto – Guardi : Les deux maîtres de Venise au Musée Jacquemart-André

Du 14 septembre 2012 au14 janvier 2013, tous les jours de 10h à 18h. Nocturne les lundis et samedis jusqu’à 21h.  Plein tarif : 11 €, tarif réduit : 9,5 €.

Ne pas manquer le salon de thé. Penser à réserver votre billet coupe-file !

A voir également :

Canaletto à Venise au musée Maillol Du 19 septembre au 13 février 2013

Autres articles à lire :

Votre programme romantique de l’été 2013

Pour les Parisiens qui restent dans notre belle capitale ou pour ceux qui viendront la visiter, voici une sélection d’activités et de lieux romantiques pour faire de votre été un festival de baisers :

  • Une sélection de films romantiques à voir sous les étoiles ou en salles

Concerts :

  •  Paris jazz festival au Parc floral, jusqu’au 28 juillet, notamment le ciné-concert créé en hommage au pionnier du cinéma noir Oscar Micheaux le 27 juillet (les samedi et dimanche à 16h, concerts gratuits après paiement du droit d’entrée dans le parc – plein tarif : 5,50 €)
  • Festival Classique au vert au Parc floral, du 3 août au 15 septembre (les samedi et dimanche à 16h, concerts gratuits après paiement du droit d’entrée dans le parc – plein tarif : 5,50 €), notamment le 25 août : Airs et duos d’opéras, mélodies et extraits de comédies musicales américaines.
  • Festival de l’Orangerie de Sceaux : Dans un lieu sublime, oeuvre de Mansart, avec de larges baies cintrées donnant sur le parc dessiné par André Le Nôtre. Concerts les vendredi, samedi et dimanche à 17h30 ou 20h, pour entendre Chopin, Brahms ou encore Schumann

Pensez aussi aux concerts (gratuits) donnés dans les kiosques à musique des jardins et squares, comme dans le beau parc MontsourisMusées et Expos :

  • Pour les fans de Peau d’âne, des Parapluies de Cherbourg ou des demoiselles de Rochefort : exposition Demy à la cinémathèque
  • L’expo à grand spectacle Titanic
  • L’incontournable musée Rodin et son délicieux jardin
  • Le Musée de la vie romantique, quintessence du romantique of course
  • Pour la faire virevolter, vous trouverez une guinguette sous la Tour Eiffel tous les vendredis de 22h à 2h du matin, jusqu’à fin septembre
  • ou bien embarquez-vous au départ du Bassin de La Villette en prenant le dimanche une navette spéciale pour aller à la Péniche du Chat qui pêche
  • Sinon rendez-vous, comme nous l’année dernière, au jardin Tino Rossi (9 Quai St Bernard 75005 Paris)
  • et si vous êtes plutôt jazz ou rock, swinguez au Caveau de la Huchette

Balades :

  • Plutôt que Paris-plage, arpentez le canal de l’Ourcq, jalonné de belles terrasses et péniches. Embarquez-y pour des croisières champêtres les samedi et dimanche ou bien faites un tour en navettes fluviales pour 1 ou 2 euros

Excellent été à tous !

Autres articles à lire :

Astuces

Les meilleurs cadeaux sont ceux qui correspondent à des souhaits exprimés mais qu’on a oubliés.

Demandez conseil à une amie, une sœur, qui connaîtra peut-être mieux ses goûts que vous

Prenez-y vous longtemps à l’avance, notez ce qu’elle semble apprécier sur un carnet, quand elle dit que son amie Laura a un joli sac (demandez à Laura en cachette la marque mais ne prenez pas exactement le même), qu’elle adorerait avoir l’intégrale de Chopin…

Au besoin, sondez-la discrètement « tu aimes, toi, les bijoux africains comme celui de Laura ? ».

Observez-la. Si elle ne porte pas de boucles d’oreilles, c’est peut-être qu’elle n’a pas les oreilles percées, si elle ne met que de l’or, ne lui offrez pas de bijoux fantaisie. Un petit quelque chose chez Dior ou Tiffany fera l’affaire, pour quelques euros de plus.

Lire la suite : Les habits, la lingerie

© Osez le romantisme !

Autres articles à lire :

Test : quel romantique êtes-vous ?

Quel romantique êtes-vous ?

Répondez sincèrement à ces 10 questions, notez les petits signes correspondant sur un bout de papier et vous saurez à quelle famille de romantique vous appartenez…

1) Questions dates :

– Vous connaissez (et fêtez) celle de son anniversaire, de sa fête et de votre première rencontre Ø – Vous connaissez celle de son anniversaire et de la St Valentin, forcément, impossible d’y échapper ∆ – Que vous les connaissiez ou pas, de toute façon ces dates vous vous en fichez, vous préférez lui faire des surprises quand elle ne s’y attend pas *

– Vous vous rappelez facilement de la St Valentin, parce que c’est l’époque où vous recevez des mails avec des filles déguisées en lapin ou des strings en bonbons à croquer #

Amour & turbulences, attachez vos ceintures !

En amour, on n’est pas toujours attirés par ceux qu’il faudrait. Au contraire même, car non seulement Cupidon est aveugle, mais il est parfois facétieux – ou alors il a un coup dans le nez et paf, voilà que la jalouse maladive s’entiche du playboy de service, c’est pas de chance. Mais on le sait bien, dans la comédie romantique, les contraires font d’abord des étincelles (de friction) avant d’en faire d’autres (de fusion)… Rien de neuf depuis Bénédict et Béatrice de Beaucoup de bruit pour rien (Shakespeare), mais c’est toujours efficace !

Ici, l’originalité c’est qu’on assiste au récit (à l’autopsie ?) de l’histoire d’amour à partir d’une cabine d’avion, par flashbacks successifs, les souvenirs de l’un pouvant être déformés ou démentis par ceux de l’autre. Et les voisins de siège sont au premières loges pour commenter, prendre parti ou conseiller (“Allez vas-y, roule-lui une grosse galoche maintenant !”), le chef de cabine (le toujours parfait Michel Vuillermoz, de la Comédie française), s’en mêle…

Si Ludivine Sagnier est toujours délicieuse, Nicolas Bedos en bad boy dandy (quoi, il ne joue pas ?) est certes crédible, mais n’a pas le charme de Cary Grant (un autre bad boy qui tente de reconquérir son ex, Katherine Hepburn dans Indiscrétions de Cukor). On a un peu de mal à croire à leur idylle, et encore plus à être véritablement émus.

Mais surtout, la déception vient des dialogues (co-écrits par Nicolas Bedos), qui nous ont parus pas très fins, et même assez vulgaires…

Dommage, le plan de vol avait l’air chouette, mais l’atterrissage manquait de douceur et les turbulences (le vocabulaire grossier) nous ont donné au final un peu mal au cœur.

 Amour & turbulences, film d’Alexandre Castagnetti, 1h36.

Autres articles à lire :

Les Oscars des films romantiques