Une halte sur la route de la soie : déjeuner à l’hôtel Daniel

Si vous voulez à la fois séduire une Belle sophistiquée et la surprendre en lui faisant découvrir une adresse confidentielle, donnez-lui rendez-vous un midi au restaurant de l’hôtel Daniel.

Là, où tout n’est qu’ordre et beauté, luxe, calme et volupté, vous pourrez déjeuner dans une ambiance cosy et exotique.

Vous partirez pour un voyage pour le XVIIIe siècle chinois sans quitter le moelleux des sofas, rien qu’en observant la décoration délicate (fruit du travail des meilleurs artisans) qui vous entoure : murs décorés de pans de verre avec des thèmes de jardins chinois, tables de bois laqué noir incrustées de nacre, banquette d’où s’envole une nuée de papillons brodés… Le parquet de bois sombre, les paravents renforcent encore cette impression d’être dans un cocon soyeux, au milieu des plus belles étoffes.

La cuisine, du chef Jérôme Bonnet, n’est pas en reste, et sait se faire aussi délicate que le décor, avec des prix, qui, le midi, sont loin de refléter son niveau gastronomique et le raffinement des lieux.

Un « menu du marché » (entrée, plat) à 32€ est en effet servi au déjeuner, avec en dessert les célèbres pâtisseries Sébastien Gaudard (12€). Un menu Dégustation (74€ ) est également servi midi et soir.

Les thés offrent un large éventail d’origines invitant l’amateur à parcourir toute la géographie des saveurs, de l’Inde à la Chine, en passant par le Japon et la Russie.

Nous n’avons pas (encore) testé l’afternoon tea, qui a l’air splendide, avec un traditionnel cake maison et les petites madeleines au miel doux confectionnées par le chef.

Du reste, on se laisserait bien aussi tenter par une nuit dans cet hôtel de charme, décoré d’objets chinés aux quatre coins du monde comme un carnet de voyage…

Le Daniel, 8, rue Frédéric-Bastiat, VIII. Restaurant ouvert du lundi au vendredi inclus, de 12h à 15h & de 19h à 22h, salon de thé de 15h à 18h.

Sur réservation par tél: 01.42.56.17.05 ou restaurant@hoteldanielparis.com

Autres articles à lire :

Virée en vélib dans Paris désert

Après un petit déjeuner au soleil dans le petit jardin de l’hôtel, nous faisons une nouvelle tentative pour aller voir l’exposition Misia à Orsay, but initial de notre week-end romantique à Paris. Mais, erreur fatale, nous décidons d’enfourcher des vélib pour nous y rendre, or, il n’y a rien de plus agréable que de faire du vélib dans les rues désertes d’un dimanche matin d’août à Paris.

« Et si nous poussions jusqu’au Champ de Mars ? », et c’est parti pour une balade le nez au vent, pour des perspectives imprévues sur la dame de fer, puis, de fil en aiguille, pour une chevauchée fantastique sur les quais délivrés de voitures face au Grand Palais, aux péniches, sous les ponts…

Allez, encore un petit tour… le sentiment de liberté que donne le vélo est irrésistible, et la possibilité d’admirer les monuments tout en pédalant très pratique pour les touristes que nous sommes. Nous pourrions traverser toute la ville ainsi, si nous n’étions arrêtés par la fin de la zone réservée aux “circulations douces”, tout juste face… au musée d’Orsay auquel nous n’échapperons plus cette fois !Lire la suite de notre week-end romantique à Paris :épisode 9 Une muse parisienne : Misia

Autres articles à lire :

Au restaurant : l’art de la conversation

Vous voilà dans un restaurant romantique choisi avec soin pour une soirée en amoureux. Un restaurant cosy, de préférence, calme, où vous pourrez discuter sans hurler, avec un beau décor, un restaurant romantique, quoi ! Mais attention, le plus dur reste à faire : il faut que cette soirée sorte vraiment de l’ordinaire, et pour cela il est nécessaire de soigner un peu votre conversation.

Pas question de parler du boulot, du quotidien, des enfants, ça tuerait l’effet «hors du temps et du monde».

Parlez de voyages, évoquez éventuellement de bons souvenirs communs (et non pas la fois où vous étiez bourrés avec les copains à Edinbourg et où vous avez fini à poil).

Parlez de projets, si ceux-ci sont glamour (une nouvelle cuisine équipée, ça ne compte pas). Vous pouvez même délirer un peu, sur le thème « qu’est-ce qu’on ferait si on était riches et libres.. ».

Regardez les autres, imaginez leurs vies, imaginez que vous les séduisez (pas besoin d’être échangistes pour s’amuser un peu).

Parlez de littérature (« ça me rappelle la scène du bal dans le Lys dans la Vallée.. » –il n’est pas interdit de réviser un peu ses classiques avant de partir). Parlez musique, théâtre, cinéma. Parlez politique, à condition que ça soit pour changer le monde.

Glissez dans la conversation qu’elle est la plus belle, la plus élégante femme du restaurant, et que vous avez surpris un regard admiratif du serveur.

Lire la suite : Les erreurs à ne pas commettre

Autres articles à lire :

Des gens qui s’embrassent (et ça donne des idées)

La scène se passe dans une rue de Paris, le soir. Le couple sort d’une projection du film “Des gens qui s’embrassent“.

Elle – Un petit peu simplet, non ?

Lui – Ah ? tu trouves ?…Ben moi j’ai bien aimé…

Elle –  Enfin, tu ne trouves pas que le scénario est un peu faible et les personnages caricaturaux ? Monica Bellucci en (ex) belle plante fanée, Kad Merad en beauf parvenu…

Lui – Oui d’accord, mais ça, c’est la loi du genre, c’est une comédie romantique pas du Bergman !

Elle –  On peut faire plus subtil dans le genre quand même ! Et puis tu y crois, toi, à ce coup de foudre entre cette petite jouée par Lou de Laâge et le jeune premier, là, Max Boublil, dans l’Eurostar le lendemain de la mort de la mère de la fille ?

Lui – Ah, mais il ne faut pas chercher de vraisemblance là-dedans ! Reconnais que la scène est délicieuse, quand le train s’arrête brusquement et qu’elle se serre contre lui puis l’embrasse ! Et ces vers d’Eluard qu’elle lui souffle à l’oreille :

Je t’aime pour toutes les femmes que je n’ai pas connues

Je t’aime pour tous les temps où je n’ai pas vécu Pour l’odeur du grand large et l’odeur du pain chaud

Pour la neige qui fond pour les premières fleurs

C’est beau ça quand même, non ?

Elle –  Oui ça, je reconnais que c’est pas mal, mais au final c’est plus un film sur la famille qu’un film d’amour ! Le vrai couple ici ce sont les deux frères “ennemis”, le musicien hyper religieux et le jouisseur “sans mémoire”…

Lui – Il y a de l’amour aussi dans la famille ! Pas le même, mais c’est de l’amour quand même !

Elle –  Ok, y a des passages émouvants, avec le grand-père par exemple (il est exceptionnel cet acteur, Ivry Gitlis) mais ça fait très “violon”, justement !

Lui – Roooh ! mais c’est bon de se laisser aller aux émotions de temps en temps

Elle –  Je te trouve bien romantique ce soir !

Lui – Tais-toi et embrasse-moi, comme la fille dans le train !

Des gens qui s’embrassent, film de Danièle Thomson, 1h40, sortie le 10 avril 2013.

Autres articles à lire :

Dolce vita à l’Île rousse en Corse

Il faut l’aborder par la mer, voir ses rochers fauves se détacher au loin quand l’île de Beauté n’est encore qu’une promesse à l’horizon… Voir son joli phare, quasiment décoratif, se préciser, avant d’accoster pour découvrir cette petite ville qui vit dans l’ombre de sa voisine très jet-set, Calvi.Moins connue – tant mieux pour nous !- et bien moins branchée que son illustre voisine, l’Île rousse a pourtant tout pour elle : une plage de sable fin et une mer turquoise

Des petites ruelles piétonnes jalonnées de restaurants plus alléchants les uns que les autres, un marché de petits producteurs tous les matins sous une belle halle (datant de 1844)

Une grande place où il fait bon prendre son café à 11h ou son pastis à 19h en regardant les anciens jouer aux boules avec un sérieux de fonctionnaires…

Un concentré de Corse en quelque sorte, et tout accessible en quelques minutes à pieds !Pour les romantiques, l’Île rousse propose de beaux hôtels (que nous n’avons pas testés) : L’Hôtel Napoléon Bonaparte dans un ancien château de 1837, ou encore Isula rossa ou Perla rossa, dotés de belles vues sur la mer mais tous assez chers en haute saison (pour les infos pratiques et les réservations, voir l’office de tourisme de l’Île rousse).

Lire la suite : Les restaurants romantiques à l’Île rousse

Autres articles à lire :

Fête des jardins 2012 : notre sélection romantique

Pour la Fête des jardins 2012, samedi 22 et dimanche 23 septembre, de nombreuses activités sont prévues. Les romantiques éviteront plutôt ce week-end les parcs et squares trop fréquentés, en revanche, ils pourront aller découvrir des jardins secrets, exceptionnellement ouverts pour cette occasion. Voici notre sélection :

Jardin du couvent des Sœurs de l’Adoration

Paisible et joli jardin un peu sauvage. La promenade chemine d’oratoires en statues par des allées bordées de buis et d’un potager.

Dimanche de 14 h à 18 h

39, rue Gay-Lussac 75005. RER B : Luxembourg.

Jardin de l’institut catholique de Paris

À la fin du 18e siècle, ce jardin était dévolu à la culture de la mélisse dont les moines tiraient « l’eau de mélisse des carmes ».

Dimanche de 10 h 30 à 18 h. Visites guidées de la crypte à partir de 14 h.

19, rue d’Assas 75006. Métro : Rennes, Saint-Placide.

Jardin de l’Institut des missions étrangères

Beau jardin à la française créé au 17e siècle aux vastes pelouses et allées bordées de marronniers, pêchers et cerisiers. Beaux massifs de rosiers sauvages.

Dimanche de 13 h à 17 h.

30, rue de Babylone 75007. Métro : Sèvres-Babylone.

Jardin du Presbytère de Saint-François Xavier

Charmant jardin de curé caché derrière les murs du presbytère.

Dimanche de 10 h à 18 h.

39, boulevard des Invalides 75007. Métro: St-François-Xavier

Jardin des Pères maristes

Ce petit jardin est agrémenté d’une pièce d’eau.

Dimanche de 14 h à 18 h.

104, rue de Vaugirard 75007. Métro : Saint-Placide.

Jardin de l’église Saint -Séraphin de-Sarov

Petit jardin charmant et inattendu.

Samedi de 14 h à 18 h, dimanche de 13 h à 18 h 30

91, rue Lecourbe 75015. Métros : Sèvre-Lecourbe, Volontaires.

Vigne de la butte Bergeyre

Rue des Chaufourniers, rue Georges Lardennois 75019. Métros : Colonel Fabien, Bolivar

Le programme complet

Nos jardins préférés : le jardin du musée Rodin, les Tuileries, le lac du bois de Boulogne, le parc Montsouris, les buttes Chaumont.

Autres articles à lire :

Pendant le week-end romantique A la table du Prince charmant

Rendez-vous sensuel : exposition Degas et le nu à Orsay

Cette fois-ci, on ne vous conseillera peut-être pas cette expo pour un premier rendez-vous. Mais pour un troisième, voire un deuxième si vous êtes déjà assez intimes, c’est certainement un bon moyen d’aborder un territoire plus… voluptueux.
Car quoi de plus voluptueux que ces nus splendides, colorés, aux tons chauds ? Degas magnifie les corps féminins dans ses pastels, ses dessins, ses sculptures, un peu comme Rodin dont nous avons déjà parlé, surtout dans ses toiles représentant les femmes au bain :

Exposition Degas et le nu

En sortant de l’exposition, ce n’est pas un bar ou un restaurant qu’il nous faudra vous conseiller cette fois, mais un hôtel (surtout si vous y allez en nocturne le jeudi), par exemple le tout proche Bellechasse, sous le prétexte de jouer au peintre avec votre muse…

Hôtel le Bellechasse

Infos pratiques : Exposition Degas et le nu, musée d’Orsay, du 13 mars au 1er juillet, du mardi au dimanche de 9h30 à 18h, nocturne le jeudi jusqu’à 21h45. Voir les très belles vidéos du musée, focalisant sur un détail (nuque, seins, cheveux, mains…)

Autres articles à lire :

Sommaire

Découvrez nos conseils pour l’organisation d’un week-end romantique.

Suivez-nous ensuite dans la ville la plus romantique du monde, Venise bien sûr !

ou sur les bords de la Riviera italienne, de Santa Margherita à Portofino

Plus près d’ici, Strasbourg est une très belle destination pour un week-end romantique surprise.

La baie des anges à Nice, pour un week-end sous le signe du luxe et de l’élégance d’autrefois.

Pour un séjour très dolce vita, la Corse est une destination idéale !

Amoureux de la Provence, ce château est fait pour vous !

Et nul besoin d’aller bien loin : même dans sa propre ville on peut être dépaysé :

notre week-end romantique à Saint-Germain-des-Prés

ou encore à un jet de RER, nos conseils pour un week-end romantique à Versailles.

Autres articles à lire :

Des idées cadeaux pour les petits budgets

– zéro euro :

  • faites un photomontage rigolo de vous deux

  • envoyez-lui une photo d’un endroit où vous avez vécu quelque chose de fort (rencontre, premier baiser, etc)

  • emmenez-la faire une balade en vélib le long du Canal de l’Ourq

– moins de dix euros :

  • offrez lui un joli carnet

  • offrez lui des savons parfumés

  • envoyez-lui un livre-message

– moins de 20 euros :

  • offrez-lui uncollier à message

  • allumez une bougie parfumée

  • faites-lui livrer un bouquet de rose

– moins de 30 euros :

  • partagez une bougie de massage romantique

  • offrez un bijou personnalisé
  • offrez des roses, du thé et des berlingots

© Osez le romantisme !

Autres articles à lire :

Un dîner au Secret Square (1/3)

Tout a commencé par un échange sur Twitter avec la charmante Gaëlle de Secret Square. On se taquinait, car elle prétendait que ce cabaret de strip-tease pouvait être romantique et tout à fait approprié pour une sortie en amoureux. Je me permettais d’en douter.

Comme elle est tenace, nous avons reçu peu de temps après dans notre boîte mail une invitation à venir vérifier par nous-mêmes. Allions-nous faire les chochottes, jouer aux prudes en disant « quoi, quelle horreur, Osez le romantisme ! irait se fourvoyer dans un tripot mal famé » ? Ce serait mal nous connaître, car nous sommes de grands curieux avides de découvertes.

Et puis on s’est dit qu’on irait comme en reportage chez les pygmées, qu’on étudierait la faune locale, qu’on se ferait les ethnologues de la vie nocturne canaille – enfin, bref, on était en mission pour vous, nos lecteurs !

Le jour venu, pour tout dire, je n’en menais pas large. Un coup d’œil sur le site a achevé de m’intimider : allais-je jeter mon Julien dans cet univers peuplé de des créatures de rêve quand même visiblement fort dévêtues ? N’était-ce pas tenter le diable ?

Pour conjurer le sort, j’ai décidé d’enfiler une tenue en accord avec le lieu, et qui devait m’éviter de faire tapisserie : tant qu’à faire, autant jouer le jeu à fond, donc jupe en soie noire, petit top décolleté, escarpins rouge flamboyants assortis à mon rouge à lèvres. Avec ce costume très “Dita” (von Teese), j’espérais ne pas (trop) me faire voler la vedette…

Mon modèle…

Le rendez-vous était pris à 21h. Fébriles, nous sommes arrivés à l’heure dite et avons déposé nos manteaux au vestiaire avant, première surprise, de descendre les marches d’un escalier qui renforce l’impression de mystère, de lieu caché, ou comme son nom l’indique, secret…

Lire la suite

Autres articles à lire :